Suivant les contrats et les assureurs, les modalités de détermination du taux de rente sont différentes.

La profession influe également dans le calcul.

Ainsi, s'agissant des professions médicales, les principaux acteurs sur ce segment s'appuie sur un barême d'incapacité professionnelle et une expertise médicale pour fixer un taux de rente d'invalidité.

Concernant les professions paramédicales, les experts et conseils, si GENERALI s'appuie sur un barême d'incapacité professionnelle et une expertise tout comme pour les professions médicales, il n'en va pas de même pour nombre d'autres assureurs qui introduisent pour cette classe professionnelle un calcul qui croise l'incapacité professionnelle et l'incapacité fonctionnelle (soit le barème Sécurité Sociale). Cette seconde methode de calcul est nettement moins favorable pour l'assuré puisque son incapcité professionnelle est pondérée par une incapacité fonctionnelle.

Enfin, le calcul de la rente invalidité pour les artisans, commercants, libérales, agricoles et salariés est le fruit de la moyenne artithmétique de l'incapacité fonctionnelle (suivant barême) et de l'incapactié professionnelle (suivant expertise) chez GENERALI. La grande majorité des autres assureurs du marché utilise un barême croisé entre l'incapacité fonctionnelle (suivant barême Sécurité Sociale) et incapacité fonctionelle selon expertise. Cette deuxième méthode de calcul est moins favorable à l'assuré du fait en particulier de l'utilisation d'un barême croisé plutôt que de la moyenne arithmétique des deux taux.

En résumé, le benchmarck technique fait sur l'offre de la concurrence laisse clairement et objectivement penser que l'offre GENERALI est la plus favorable à l'assuré sur ce point du calcul du taux de rente d'invalidité.